Pour affirmer le diagnostic de ménopause, quelques analyses de sang sont souvent nécessaires.

Après 40 ans, beaucoup de femmes se plaignent de cycles irréguliers ou de la disparition de leurs règles. Une fois le diagnostic toujours possible de grossesse éliminé, se pose la question de savoir si cette période d’aménorrhée (absence de règle) est due à un simple dérèglement hormonal transitoire ou bien si c’est un début de ménopause. Une prise de sang permettra de trancher.

Les hormones féminines sont composées par les oestrogènes et la progestérone, qui sont fabriqués par les ovaires. Ces deux hormones  se succèdent lors des cycles hormonaux pendant la période de fertilité de la femme.
•    Les oestrogènes (oestradiol) interviennent pendant la première moitié du cycle, depuis les règles jusqu’à l’ovulation (12-14ème jour). C’est la phase folliculaire.
•    La progestérone intervient depuis l’ovulation jusqu’aux règles suivantes. C’est la phase lutéale.

Leurs taux varient en fonction de la période du cycle : l’oestradiol monte pendant la première moitié pour être maximum juste au moment de l’ovulation avant de redescendre et d’être très bas pendant la phase lutéale. Pour la progestérone, ce sera l’inverse. Elle présente un taux bas pendant la première partie du cycle pour augmenter pendant la phase lutéale.

Fotolia_63884574_Subscription_XXL

Ces deux hormones sont sous le contrôle de deux autres hormones qui elles sont fabriquées par l’hypophyse, une petite glande située dans le crâne et qui est sous le commandement de l’hypothalamus et  du cerveau. Ce sont :

 •    la FSH (Hormone Folliculo-stimulante) qui va stimuler la fabrication des oestrogènes par les ovaires.

 •    la LH (Hormone lutéinisante) qui va stimuler la fabrication de la progestérone par les ovaires.

     La concentration sanguine de la FSH et de la LH augmentent lorsque les  taux respectifs des oestrogènes et de la progestérone sont trop bas dans le sang. Inversement les FSH et LH baissent lorsque les oestrogènes et la progestérone sont en quantité suffisante dans le sang.
 
     Arrivée à la ménopause, les ovaires cessent de produire les oestrogènes et la progestérone. Leurs taux baissent donc de manière très significative dans le sang. Du coup, constatant ces carences hormonales, l’hypophyse se met à sécréter de grosses quantités de FSH et de LH pour tenter de stimuler les ovaires. Ainsi le taux de FSH et de LH montent de façon très importante dans le sang de la femme en période de ménopause.
 Ce sera donc, cette différence significative entre les taux d’oestrogènes et de progestérone bas et les hormones hypophysaires LH et FSH élevées qui permettra d’affirmer la ménopause. Les taux observés dans les prises de sang sont :
 –    Oestradiol : inférieur à 58 picogr/l.
 –    Progestérone : inférieur à 2 microgr/l.
 –    FSH : de 17 à 95 UI/l.
 –    LH : supérieur à 30 UI/l.
 Quoi qu’il en soit, ces quatre hormones sont rarement demandées toutes ensemble lors d’une suspicion de ménopause. Généralement, seuls l’oestradiol et la FSH sont demandés, ce qui est amplement suffisant pour établir le diagnostic de ménopause.

À côté de ces dosages d’hormones ovariennes, il est possible de demander conjointement d’autres dosages hormonaux afin d’éliminer d’autres diagnostics possibles à cette aménorrhée. Par exemple :
     * β-HCG pour éliminer une grossesse.
     * Prolactine pour éliminer un adénome hypophysaire.
     * Hormones thyroïdiennes pour éliminer une hypothyroïdie.
 
Par ailleurs, il existe maintenant des « home-tests » : Menotest Ophrys et Evestrel qui sont des tests à réaliser chez soi. Ils permettent de détecter les taux de FSH supérieurs à 25 mu/ml dans les urines. Ils peuvent être faits à n’importe quel moment de la journée, mais il est préférable de  les effectuer le matin, car les urines sont plus concentrées. Cependant, ces résultats ne sont pas fiables à 100% car la concentration de FSH dans les urines est très variable. C’est pourquoi chaque boîte de ces hometests contient deux tests qui doivent être tous deux positifs pour pouvoir affirmer une ménopause installée.

Dr Luc Bodin