La radioactivité est la faculté que possèdent certaines substances à émettre des particules invisibles et très rapides capables d’agir sur les corps qu’elles traversent. Les dommages que produit la radioactivité, seront proportionnels à l’intensité et à la durée de l’exposition. Tout objet irradié envoie des radiations dans toutes les directions, comme le ferait la chaleur émanant d’un corps. Toutefois, en s’éloignant de l’objet irradié, la radioactivité diminue rapidement avec la distance. Donc l’éloignement d’une source radioactive est la première chose à faire.
 
    Il faut savoir qu’une très faible dose de radiation ne provoque que de très minimes dommages. Le corps peut facilement en réparer les faibles dégradations occasionnées. D’ailleurs, nous sommes continuellement atteints par des particules venant de notre environnement ou de l’espace. Elles constituent la radioactivité « de fond » ou la radioactivité « naturelle ». Et les dégâts qu’elles occasionnent sont aisément réparés au fur et à mesure qu'elles surviennent par notre organisme.
    Mais à l’inverse, une exposition importante et prolongée provoquera des dégâts importants au niveau des cellules. Et si ces dommages dépassent un certain seuil,  le corps ne pourra plus les réparer les mutations de l'ADN. Les atteintes pourront générer des risques importants de cancers.
 La radioprotection indique la limite admissible de radioactivité.  Elle est appelée la Dose Maximale Admissible (DMA), c’est-à-dire la dose extrême de radioactivité que l’on peut recevoir et qui sera sans conséquence particulière pour notre santé. On distingue trois situations :- pour les travailleurs exposés professionnellement :            → DMA = 5 Rem/an, soit 0,55 mRem/heure.- pour les travailleurs non exposés professionnellement : 
           → DMA = 1,5 Rem/an, soit 0,16 mRem/heure.- pour la population générale :            → DMA = 0,5 Rem/an, soit 0,05 mRem/heure.
Fotolia_75735279_Subscription_L
Quelles sont les sources de radioactivité, auxquelles la population civile est exposée ? - le radon : 37%- les expositions médicales (examens radiologiques): 28,5% - les rayonnements cosmiques (soleil, étoiles) : 10,5%- l’eau, les matériaux terrestres et les aliments : 10,5%
- les installations nucléaires civils (centrales, retraitements, déchets, transports et industrie) et les retombées des essais nucléaires passés (essais nucléaire, Tchernobyl): 13,5%
 Les essais nucléaires atmosphériques exposent des millions de personnes dans le monde, selon l’Institut pour l’Energie et la Recherche Environnementale (IEER) du Maryland aux USA). Les retombées atomiques pourraient être responsables des cancers contractés par 80.000 américains nés entre 1951 et 2000 et de la mort de 15.000 d’entre eux. (Sciences et Avenir - avril 2002)

Dr Luc Bodin