.

Pour vous assurer d’avoir le meilleur traitement et le plus adapté à la situation de la personne malade, cinq règles y aideront :

Fotolia_76172167_Subscription_XXL

1- Il est très important d’avoir affaire à une équipe compétente. Car, les techniques et les protocoles changent régulièrement. Il faut donc avoir affaire à des professionnels au courant des dernières découvertes afin de faire bénéficier la personne des protocoles les plus performants. Il est aussi important que ces spécialistes aient l’habitude d’utiliser ces traitements. Car, un chirurgien n’opérant que les thyroïdes sera beaucoup plus efficace pour opérer d’un cancer de la thyroïde, qu’un chirurgien « généraliste ». De même, les chimiothérapies évoluent, aussi convient-il que le médecin soit parfaitement informé de toutes les modalités de ces nouveaux traitements (posologie, indications, contre-indications, effets secondaires…). C’est pourquoi, il est préférable de consulter dans les centres expert. Il s’y trouve des spécialistes pour chaque discipline, qui se tiennent sans cesse informer des dernières évolutions en matière de cancer, gage de recevoir le meilleur traitement.

2- Quelque soit le traitement entrepris, ne jamais le faire à moitié. Ne pas minimiser les doses de chimiothérapie pour la rendre plus supportable car elle perdrait une partie de son efficacité. Ne pas espacer les séances de radiothérapie : car plus elles sont espacées, et moins les résultats seront bons… En résumé, soit vous suivez les traitements, soit vous ne les suivez pas ! Mais ne faites jamais votre traitement à moitié !

3- Penser à préparer son corps et son esprit à l’intervention chirurgicale, à la chimiothérapie ou à la radiothérapie. Une vie saine, une bonne alimentation, une petite activité physique dans les précédents les traitements sont conseillés afin d’arriver le jour du traitement le moins fatigué possible…. Des traitements homéopathiques peuvent aussi vous aider à préparer la personne physiquement et psychologiquement, à une intervention chirurgicale, une chimiothérapie ou une radiothérapie… La sophrologie est aussi une aide précieuse.

4- Sans arrêter le traitement médicamenteux habituel (pour les personnes qui en prennent un), ne prendre que les remèdes strictement nécessaires et indispensables. En parler avec son cancérologue… De plus, certains médicaments usuels peuvent être contre-indiqués, voire nocifs en association aux traitements anticancéreux. Il est important de faire le point avec lui avant tout traitement.

5- Ne pas hésiter à commencer des traitements complémentaires de soutient de l’état général ou du traitement du cancer : vitamines, plantes, homéopathie, etc. Il est important aussi de les commencer le plus tôt possible pour en obtenir le meilleur effet, plutôt que d’attendre que le traitement conventionnel soit fini pour commencer un traitement complémentaire.

Dr Luc Bodin