.

Lorsqu’un cancer est suspecté, il est nécessaire d’effectuer un bilan dans le but de poser de diagnostic de cancer.

1- D’abord, le bilan diagnostic qui permet d’établir le diagnostic de cancer. Pour cela, l’examen essentiel consiste en des biopsies qui permettront d’effectuer une analyse histologique de la pièce prélevée. Les résultats affirmeront ou infirmeront le caractère cancéreux de la lésion suspecte.

scientist working at the laboratory

2- Lorsque le résultat et positif c’est-à-dire qu’il s’agit bien d’un cancer, un bilan d’extension est indispensable. Il permettra de connaitre la situation de la personne: le cancer est-il localisé ou envahit-il l’ensemble de l’organe ? Atteint-il aussi les organes avoisinants ? Des ganglions loco-régionaux sont-ils détectés ? Des métastases à distance sont-elles visibles ? Le bilan d’extension consiste à étudier :

* Extension dans l’organe initial : il sera ainsi étudié la taille de la tumeur, ses contours et ses limites. S’étend-elle sur une partie de l’organe ou dans sa totalité ? A-t-elle envahi les autres tissus de l’organe ou est-elle demeurée localisée à un seul tissu ? Pour cela, un scanner ou un IRM de l’organe atteint est souvent nécessaire. Quelquefois, il est possible de se contenter d’une échographie.

* Extension dans les organes environnants. Lorsque l’organe cancéreux est touché dans sa totalité, il est important de savoir, si la tumeur à dépassé l’organe touchant alors les organes contigus. Comme un cancer de l’ovaire peut atteindre la vessie, l’intestin ou l’utérus, par exemple. Là encore le scanner et l’IRM permettront de connaitre les limites de la tumeur cancéreuse.

* Extension aux ganglions lymphatiques loco-régionaux, appelés aussi « adénopathies ». Ce sont les ganglions de drainage de l’organe malade. Lorsque des cellules cancéreuses y ont fait souche, les ganglions grossissent et s’enflamment. Il devient facile de les détecter sur un scanner ou un IRM. De gros ganglions sont un signe suspect d’extension cancéreuse. Autrement, un prélèvement (biopsie ou exérèse lors de l’intervention) permettra d’affirmer l’envahissement cancéreux.

* Extension aux organes lointains : c’est-à-dire l’existence de métastases. Les organes les plus souvent atteints par les métastases sont les os, le foie, les poumons et le cerveau (quelquefois les surrénales). Il faut savoir qu’il y a des cancers plus métastasiants que d’autres… mais au cours de leur évolution tous les cancers deviennent un jour ou l’autre métastasiant. Et dans les cancers évolués, tous les organes du corps peuvent être le siège de métastases. Une fois ce bilan d’extension réalisé, avec en plus les résultats anatomopathologiques de la biopsie, il sera possible d’effectuer la classification TNM du cancer ainsi que déterminer son grade (agressivité) et déterminer son stade. Ce dernier temps est essentiel pour réaliser le choix des traitements anticancéreux.

Dr Luc Bodin