Le foie est un organe essentiel de l’organisme. C’est véritablement le laboratoire qui métabolise et synthétise de nombreuses substances importantes. Le bilan hépatique (du foie) comporte plusieurs analyses sanguines permettant d’établir son état de santé et de fonctionnement.

Les examens les plus significatifs montrant l’irritation (inflammation) du foie sont les transaminases (TGO ou ASAT et TGP ou ALAT). Ce sont des enzymes qui sont déversés dans le sang lors de la destruction des cellules du foie (cytolyse) secondairement à une inflammation provenant par exemple d’une infection virale (hépatite virale), de l’alcoolisme, d’une intoxication (alimentation, médicament), d’un problème vésiculaire… Dans ces cas, le taux de ces enzymes sera augmenté, atteignant parfois jusqu’à 20 ou 30 fois la normale. En cas de cytolyse hépatique, il y a aussi fréquemment une augmentation du fer sérique et de la vitamine B12.

Les  γGT (Gamma glutamyl Transpeptidase) sont également des enzymes hépatiques augmentées pour les mêmes raisons. Ils ont cependant une sensibilité plus marquée pour les problèmes d’éthylisme. Lorsque cette cause est évoquée, on retrouvera conjointement une augmentation du VGM, c’est à dire du Volume Moyen des Globules rouges (qui seront donc de taille plus importante). Ce n’est que l’augmentation conjointe des deux, γGT et VGM, qui orientera vers le diagnostic d’une consommation excessive d’alcool.

Fotolia_54360419_Subscription_XXL

La bilirubine est dosée ensuite. C’est elle qui produit la « jaunisse » lorsqu’elle est augmentée. On distingue :
la bilirubine conjuguée (ou directe) qui provient du foie par la destruction des cellules hépatiques (hépatite virale, toxique ou médicamenteuse, calcul bouchant les voies biliaires). Plus son taux est élevé et plus la destruction cellulaire est importante.
La bilirubine libre (ou indirecte) qui peut provenir de la destruction des globules rouges (hémolyse) ce qui constitue une urgence médicale, mais elle peut aussi être la conséquence d’une insuffisance de la moelle osseuse, d’une cirrhose…
 
 Les  phosphatases alcalines sont augmentées en cas de mauvais fonctionnement biliaire (cholestase). Mais elles le seront également en cas de problème osseux. Aussi afin de savoir d’où provient leur augmentation, il suffit de faire un dosage des 5’Nucléotidase. Ces dernières seront augmentées en cas de problème hépatique. Elles seront par contre normales, voire diminuées, en cas de problème osseux.


Le taux de prothrombine (TP ou temps de Quick) est un examen étudiant la vitesse de coagulation du sang. Mais comme la prothrombine est fabriquée par le foie, si celui-ci travaille moins bien, le taux de prothrombine sera abaissé (la normale est entre 80 et 100%). C’est pourquoi cet examen permet de juger l’état de la fonction hépatique. Mais il  en existe d’autres comme :
le cholestérol sanguin (cholestérolémie) qui est essentiellement fabriqué par le foie et qui est destiné à la fabrication des hormones. Ce cholestérol sera augmenté en cas de cholestase (défaut d‘écoulement de la bile) et diminué en cas d’insuffisance hépatique.
Le fibrinogène qui est également fabriqué par le foie. Une insuffisance hépatique entraînera une baisse du fibrinogène.
L’albumine (dans l’électrophorèse des protides) qui est également fabriquée par le foie. Sa baisse dans le sang peut évoquer (entre autres) une insuffisance hépatique.

Enfin en cas de doute, il conviendra d’effectuer une  sérologie des hépatites virales B (HBV) et C (HCV).

Pour plus de renseignements voir le livre « Mieux lire et comprendre vos analyses biologiques » éditions du Dauphin.

Dr Luc Bodin