Des chercheurs se sont demandé ce qui poussait les personnes en surpoids à manger encore davantage.

La réponse est venue avec la « terrible » épreuve du milk-shake au chocolat. Des IRM fonctionnelles ont été réalisées chez des femmes en surpoids alors qu’elles étaient en train de déguster un milk-shake.

Ces examens ont montré que le circuit de récompense (plaisir) était amoindri chez les femmes en surpoids ou risquant de le devenir. La faiblesse de ce plaisir/récompense serait alors compensée chez ces personnes par une consommation accrue de nourriture…

Fotolia_70680097_Subscription_XL

Ce phénomène est encore amplifié s’il existe un trouble génétique diminuant l’effet de la dopamine.

Ce qu’il serait intéressant de définir maintenant, c’est ce qui a fait que ce circuit de récompense a été ainsi perturbé. La cause de la cause en quelque sorte… Des phénomènes épigénétiques sont certainement en cause, reste à trouver par quel biais.

Dr Luc Bodin
Novembre 2009